LETTRE D'INFORMATION MARS 2017

La vie des marchés : Une bulle de valorisation ?
Mois boursier de février :
Notre fonds d'actions éligible au PEA :
Le fonds du mois : Roche Brune Europe Actions

L'accompagnement des patrons de TPE : Quelle retraite complémentaire ?


Crédit immobilier : Les courtiers sont devenus incontournables

Taux : Légère hausse


La vie des marchés :

Une bulle de valorisation ?

(DNCA Finance) Le discours au Congrès de Donald Trump, qui est apparu présidentiable à défaut d'être plus précis dans son programme économique, a entraîné un nouveau mouvement haussier des indices américains mais aussi européens. Le rally boursier post Trump est d'ailleurs le troisième plus fort rebond après une élection présidentielle. Seuls Kennedy en 1961 et Clinton en 1997, deux présidents parmi les plus populaires aux Etats-Unis malgré leurs diverses frasques personnelles, avaient fait mieux. Cette nouvelle ferveur doit surtout être attribuée à la bonne santé des économies et à la solidité des publications rassurantes.

A ces deux éléments fondamentaux pour la progression des marchés actions, s'ajoute la démesure des valorisations du segment des technologies. Ainsi, la capitalisation boursière d'Apple (729 Md$) représente 70% de celle de l'indice français CAC 40. L'introduction en bourse de Snapchat (24 md$) a battu tous les records de valorisation en progressant de 41% le premier jour de cotation. Un des premiers fonds d'investissement actionnaires a d'ailleurs réalisé une performance de 2000 % avec ses titres.

Les plus pessimistes évoqueront bien entendu une bulle de valorisation mais la digitalisation des économies et surtout celle des comportements est une "mégatrend" irréversible. Ce vocable franglais est présent chez tous les dirigeants de sociétés de conseil informatique que nous avons rencontrés récemment (Capgemini, Atos, Econocom...). Sans tomber dans les excès de bulle de valorisation, le thème de la digitalisation ne peut plus être ignoré dans les portefeuilles que ce soit par le biais d'acteurs de l'internet, d'acteurs de la transformation numérique, d'opérateurs médias et télécoms ou bien même de fabricants de semi-conducteurs. La circulation de l'information devient un enjeu majeur non seulement pour les consommateurs mais aussi pour les entreprises qui y perçoivent désormais des gains de productivité conséquents et des profits futurs.

Mois boursier de février :

Le CAC40 a augmenté de +2,31% pour terminer à 4858,58 points au 28 février 2017. Le MSCI Europe dividendes a augmenté de +2,77% pour terminer à 5549,93 points au 28 février 2017.

Notre fonds d'actions éligible au PEA :

Fort de notre expérience, nous avons lancé un fonds de fonds virtuel éligible PEA au 1er juillet 2014.
Sur le mois de février le fonds a augmenté de +1,73% versus +2,31% pour le CAC40.
Sur l’année 2017 la performance cumulée des fonds sélectionnés est de +2,59% versus -0,08% pour le CAC 40.
Depuis le 1er janvier 2014 la performance cumulée des fonds sélectionnés est de +24,75% versus +13,10% pour le CAC40.

Le fonds du mois :

Roche Brune Europe Actions

Roche Brune Europe Actions est investi dans des actions européennes, le gérant peut sélectionner librement la taille de capitalisation des sociétés. Depuis 2012 Bruno FINE réussit à surperformer l’indice. Sur le début d’année le fonds est en progression de +3,9%. Sur 3 ans la performance annualisée est de 8,92%, sur 5 ans la performance annualisée est 11,92%. Le fonds est éligible au PEA.

L'accompagnement des patrons de TPE ?

Quelle retraite complémentaire ?

Les patrons de TPE se prononcent en faveur d’un départ en retraite progressif et la mise en place d’un système de retraite complémentaire entièrement déductible.

(Les Echos) Ils le reconnaissent, les « petits patrons » sont 54 % à ne pas « du tout » connaître le montant mensuel de leur future retraite, seulement 13 % en ont une connaissance précise. Mais parmi ceux qui ont évalué leur retraite, un patron sur deux (49 %) pense recevoir moins de 1.250 euros par mois. Ce sont les résultats du Baromètre Fiducial des TPE, enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l'IFOP auprès des très petites entreprises (TPE) dont un volet est consacré à la retraite des petits patrons.


Une épargne complémentaire

Selon cette enquête, pour compléter leur future pension, 61 % des patrons de TPE déclarent effectuer une épargne complémentaire dont 41 % chaque mois. Les produits d'épargne qui rencontrent le plus de succès sont les assurances-vie (64 % déclarent en avoir souscrit), le contrat retraite Loi Madelin (60 %) ou encore les placements immobiliers (43 %). A l'inverse les patrons de TPE sont moins adeptes des plans d'épargne retraite : seulement 16 % ont souscrit à un PERCO et 24 % à un PERP.
Ils estiment en effet, dans leur grande majorité (9 sur 10), que le système actuel de retraite par répartition est insuffisant pour avoir accès à une retraite satisfaisante.
Pour améliorer leur sort, ils sont 83 % à souhaiter se bâtir une retraite complémentaire facultative entièrement déductible. Le système existe déjà avec les contrats Madelin, mais avec des restrictions : les versements sont déductibles dans la limite de 10 à 15 % du résultat fiscal ou du revenu avec un plancher : 3.861 euros, et un plafond : 38.616 euros.

Une réforme des régimes de retraite

Mais les patrons de TPE sont aussi nombreux à souhaiter une réforme des retraites par répartition. 72 % d'entre eux sont favorables à une fusion entre les différents régimes et 75 % soutiennent la mise en place d'un régime unique pour l'ensemble des actifs. Dans une très grande majorité (83 %), ils souhaitent une prise de retraite progressive avec maintien d'une activité à temps partiel dans les premières années.

Alors Retraite Madelin ? PERCO ? Parlons en ensemble.


Crédit immobilier :

Les courtiers sont devenus incontournables

(LaVieimmo.com) Le phénomène s’est intensifié ces dernières années : en 2015, près de 40 % des crédits immobiliers accordés par les banques ont été négociés en amont par un courtier versus 15 % en 2000. Le taux n’est pas l’unique paramètre à prendre en compte : la durée, la mensualité, l’assurance sont des éléments à soupeser et rares sont les particuliers qui disposent d’une connaissance suffisante pour prétendre pouvoir se substituer aux spécialistes : les courtiers en crédit. Ils présentent les avantages suivants : Une profession encadrée par la loi de régulation bancaire et financière du 22 10 2010 : les courtiers doivent avoir le statut d'intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP), avec enregistrement à l'Orias, le Registre unique des intermédiaires en assurances, banque et financement depuis janvier 2013. Ils possèdent un bon réseau auprès des banques ils connaissent toutes les banques, leurs « promos » du moment, leurs cibles. Le conseiller bancaire est un généraliste tandis qu’un courtier est un spécialiste du crédit. Votre conseiller bancaire est tenu de vous informer sur l’ensemble des produits : du crédit à l’assurance auto en passant par les placements financiers, etc. Un courtier, lui, est focalisé sur le crédit. Économies et gain de temps De l’ordre de 12 000 € d’après la pointilleuse association de consommateurs Que Choisir-60 millions de consommateurs.

Taux :

Légère hausse

TAUX FIXES (*)

7 ans 10 ans 15 ans 20 ans 25 ans
0.65% 1% 1.35% 1.60% 1.90%


(*) Conditions de revenus et/ou d’apports exigés, taux pour particuliers résidence principale, secondaire, locative et sous réserve du maintien des taux par la ou les banques pendant le mois entier.

Retrouver toutes ces informations sur notre site http://agavic.fr/#/fr_FR/index.html



Sophie Cathelin - Franck Cerisola

Olivier Borel (P : 06 07 65 16 21)


Patrick Recipon (P : 06 86 26 28 74)

Cabinet Agavic – 67 Route de Paris – 69160 TASSIN LA DEMI LUNE
Tel : 04 78 34 08 91 – Fax : 04 78 34 73 09
Email :
contact@agavic.fr

www.agavic.fr

 

Crédit immobilier

Vous souhaitez acquérir votre résidence principale, une résidence secondaire, réaliser un investissement locatif ou acheter les murs de votre société ?

Le cabinet AGAVIC vous aide dans votre recherche pour obtenir votre prêt aux meilleures conditions : taux d’intérêt les plus bas, mais aussi des frais de dossier bancaire et des indemnités de rachat anticipé négociés, une assurance de prêt déléguée (économie pouvant aller jusqu’à 50% du coût de celle-ci) et type de garantie.

Nous privilégions un service de proximité : présents sur la région Rhône Alpes, nous vous accompagnons, avec un suivi personnalisé jusqu’à la signature chez le notaire. Nous participons, si vous le souhaitez, au rendez-vous avec les banques sélectionnées.

En nous confiant votre projet, vos démarches auprès des établissements financiers sont simplifiées, les délais et le coût global de votre emprunt optimisés.

Crédit immobilier >>